Musée-promenade de Marly-le-Roi Louveciennes
Marie-Adélaïde de Savoie, duchesse de Bourgogne, d'après l’original de 1709, Musée-Promenade Marly-le-Roi / Louveciennes

 

Marie-Adélaïde de Savoie, duchesse de Bourgogne

 

 

 

Marie-Adélaïde de Savoie est, par sa mère Anne-Marie d’Orléans, la petite-fille de Monsieur, frère du roi,.

 

La paix de Turin (1696) met fin au conflit entre le duché de Savoie et la France qui s’affrontent dans la guerre de Ligue d’Augsbourg (1688-1697).

Portrait du duc de Bourgogne, Hyacinthe Rigaud, première moitié du XVIIIe siècle

La réconciliation entre les deux pays s’exprime par une nouvelle union dynastique entre Marie-Adélaïde et Louis de France comme le prévoit le Traité de Ryswick (1697). Le mariage est célébré en décembre 1697 à Versailles. Elle a 12 ans et lui 15.

 

Espiègle et vive, Marie-Adélaïde est fort appréciée de son époux et jouit de l’affection débordante du roi qui lui accorde une préférence marquée. En 1698, la princesse est admise à coucher à Marly et en août 1699, le roi lui attribue l’un des quatre appartements du rez-de-chaussée. Il lui dédie également un terrain de jeux nommé « Le Bois de la Princesse », percé d’allées sinueuses.

 

Ce portrait représente la princesse en buste. L’original a été commandé en 1709 par les Bâtiments du Roi : Marie-Adélaïde y figure en pied, tenant un bouquet. La réplique du musée était initialement ovale et a été agrandie sous Louis-Philippe.

 

En 1709, Marie-Adélaïde a déjà rempli ses obligations en donnant naissance à deux fils dont l’un est déjà décédé. Elle met au monde le 15 février 1710 un troisième garçon, Louis, duc d’Anjou, le futur Louis XV. Elle devient Dauphine, en avril 1711, à la mort de son beau-père le Grand Dauphin, le fils unique de Louis XIV. Son époux et elle-même se préparent à régner. Cette princesse participe à tous les Marlys jusqu’à sa mort survenue brutalement le 12 février 1712 à la suite d’une rougeole pourprée.

 

Découvrez la vie de cette princesse dans la conférence de Stéphane Castelluccio De la résignation à la fantaisie : les princesses à Marly, le 13 mars prochain à 15h00.

 

 

 

 

 

Dépot

Marie-Adélaïde de Savoie, duchesse de Bourgogne
D’après l’original de Jean-Baptiste Santerre de 1709
Ecole française de la première moitié du XVIIIe siècle
Huile sur toile
Dépôt du musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3660

 

 

 

 

 


3095.12